Empty Factory

Installation-performance à partir de ressorts tendus dans l'espace.

 

« Entre la chute et l'élévation
le ressort ne tranche pas
il ne sait rien
il respire »
Pierre Meunier

 

Video de Janis Chatzigogas, festival Minim 2008 - part1  part2

Enregistrement aux Bains::Connective - août 2008 : empty factory

L'installation-performance Empty Factory s'appuie sur un dispositif de ressorts suspendus d'apparence immobile, mais dans lequel chaque ressort peut être mis en vibration – infime vibration, invisible à l'oeil nu - par un procédé de réinjection sonore plus connu sous le nom anglais de feedback. Chaque ressort s'ajuste sur une ou plusieurs fréquences de résonance, créant ainsi un continuum sonore aux évolutions lentes et progressives. La présence de plusieurs ressorts et donc de plusieurs fréquences créé un cluster constitué de strates, à l'intérieur duquel évoluent des masses harmoniques complexes, et dont la stabilité est remise en cause à chaque microvariation de la fréquence ou de l'intensité d'un des ressorts. Dans cette performance, la musique se déplie et se déploie lentement dans le temps, invitant l'auditeur à plonger littéralement à l'intérieur du son et à faire l'expérience de l'écoute sur la durée. Chacun peut alors mesurer à quel point sa propre perception du monde sonore se trouve modifiée par le temps, y compris lorsque le son reste totalement stable. C'est dans ce sens que La Monte Young - un des fondateurs de la musique minimaliste – parlait de la « transformation progressive d'une note continue ». En effet si la matière sonore reste stable et n'évolue pas, c'est bien son écoute sur la durée qui va venir « affecter » en profondeur nos sens et notre perception de l'espace acoustique. C'est alors l'occasion pour chaque auditeur d'effectuer son propre voyage intérieur, à l'écoute de soi comme à l'écoute du son, balancé par des oscillations sonores aux larges amplitudes. Si par son aspect visuel, l'installation Empty Factory évoque une machinerie d'un autre age, inerte et abandonnée, elle rappelle plutôt par son côté sonore un organisme vivant, traversé par de longs influx sonores, dont les battements semblent faire vibrer l'espace tout entier. Assis au milieu du dispositif, l'auditeur est à la meilleure place pour en apprécier la pleine puissance.

 

«Si j'avais déjà pu apprécier par 2 fois l'étonnant dispositif de ce chercheur impénitent et la réelle musicalité de ses ressorts amplifiés, jamais encore il ne m'avait été donné d'en jouir en plein soleil et dans un cadre aussi approprié. […] Des pans entiers de murs, ainsi qu'un plafond imaginaire au dessus du public, étaient parcourus de ressorts de toutes forces et de toutes longueurs. […] c'est tout le paysage qui semblait sonorisé par cette musique industrielle étonnamment intégrée aux montagnes comme à la brume.» Improjazz – Joël Pagier – sept 2010

 

« Une dizaine de ressorts et de fils métalliques quadrillant le donjon du château Sainte-Marie : avant même qu’on ait entendu les sons de cette « usine vide », le projet de l’électroacousticien basé à Bruxelles apparaît comme une installation étrange et pas dénuée de charme plastique.» Sud Ouest – C. Loubes – juillet 2010

 

« ...la performance d’Olivier Toulemonde eut ainsi lieu lundi après-midi sous un soleil plombant. Une centaine de spectateurs avaient arpenté les lieux pour venir s’étendre au milieu des vestiges du château. Au dessus d’eux une toile d’araignée de ressorts est tissée , parcourue de micros. Chacune des vibrations est ainsi captée, amplifiée et modulée. On  assiste alors à un spectacle sonore proche du live électronique dans lequel l’environnement tient le premier rôle. Grondements et sons de lasers se croisent. De temps à autre Olivier Toulemonde met l’édifice en vibration avec un archer, donne du rythme en faisant osciller un immense ressort dans un tube. Un spectacle à la fois low-tech (une simple table de mixage permet de traiter les signaux) et cosmique.» Le sous-marin - sept 2010

 

 

 

Empty factory a été jouée à :

  • Chapelle du musée des Beaux Arts - Nantes
  • Minim Festival – Barcelone
  • Cave 12 – Genève
  • Maison de la Bellone – Bruxelles
  • Mixart Myris - Toulouse
  • Remor festival - Girona
  • Festival Jazz à Luz
  • Traverses - Bagnières de Bigorre

 

 
© 2014 Olivier Toulemonde